Les chars FFI en 1944-1945

L'expression « chars FFI » peut paraître incongrue. À première vue, la présence d'engins blindés semble incompatible avec les conditions d'existence clandestine des maquis de l'été 1944, engagés dans une activité de guérilla requérant discrétion et furtivité. De même, la chaîne logistique nécessaire pour l'entretien et l'engagement de tels engins paraît hors de portée de la majorité des unités des Forces françaises de l'Intérieur (FFI). Tout au plus pourrait-on concevoir la présence d'engins pris à l'adversaire en retraite et arborés tels des trophées plus symboliques qu'utiles.

Pourtant, sans qu'il s'agisse d'un phénomène massif, les archives, l'iconographie et les récits de la Libération ne sont pas avares en mentions et vues d'engins blindés qualifiés de « chars FFI ». Cette dénomination recouvre indistinctement une diversité de situations allant de quelques très rares engins blindés employés dès la période maquisarde à des chars reconditionnés dans des établissements industriels puis affectés en 1945 à de nouveaux régiments ayant une filiation FFI. Parmi ces derniers figure le 13e Régiment de Dragons, dont les chars ont été amplement photographiés et filmés en 1945.

La présente exposition virtuelle propose d'explorer cette diversité, d'en mesurer l'ampleur et de mettre en lumière les processus mis en œuvre pour permettre l'emploi de ces engins blindés. Le fait n'est pas anodin : les sources iconographiques et archivistiques permettent d'identifier quelque 150 chars et automitrailleuses récupérés puis réemployés avant le 8 mai 1945 au sein de groupes FFI ou de régiments issus d’unités FFI.
À la suite d’un premier chapitre offrant une vue d’ensemble, l’exposition est organisée en quatre chapitres thématiques :
• Un zoom sur les quelques cas d’emploi de blindés par des FFI durant la période maquisarde.
• Un chapitre consacré aux initiatives FFI d’emploi de chars en région parisienne.
• Un chapitre consacré aux initiatives FFI d’emploi de chars face aux poches allemandes de l’Atlantique.
• Un chapitre relatif aux chars du 13e Régiment de Dragons


Stéphane Weiss, docteur en Histoire contemporaine



Plan de l'expo

Crédits