Le Trièves-Vercors dans l'organisation de la Résistance en Isère

Légende :

Carte annotée permettant de resituer la zone du Trièves-Vercors et sa place dans le dispositif de la Résistance en Isère

Genre : Image

Type : Carte

Source : © Ch. Clavel Droits réservés

Détails techniques :

Carte en relief et couleur.

Date document : 2014

Lieu : France - Rhône-Alpes - Isère - Le Trièves

Ajouter au bloc-notes

Analyse média

La carte concerne trois des sept secteurs du dispositif de la Résistance en Isère, et plus particulièrement le Secteur IV du Trièves.

Il comprend le Trièves traditionnel et le couloir qui conduit à Vif par la route nationale 75, importante pour les communications allemandes car elle double celui du Rhône et la voie ferrée Grenoble-Gap. Ce couloir s’insère entre la vallée du Drac et les falaises orientales du Vercors.


Guy Giraud

Contexte historique

En Janvier 1944, l’Etat Major FFI de R1, basé à Lyon, attribue des noms de code pour chaque département :

Isère : « Cerise »,

Rhône : « Verre-Abricot »,

Ain : « Citron », par exemple.

 

Chaque département est découpé en Secteurs :

- Secteur I : Grenoble-Vizille,

- Secteur II : la Chartreuse,

- Secteur III : le Bas-Grésivaudan/Chambarands,

- Secteur IV : le Trièves,

- Secteur V : la Matheysine-l’Oisans,

- Secteur VI : Grésivaudan-Belledonne,

- Secteur VII : Dévoluy (juillet 1944)

- Secteur VIII : Vercors.

 

Dans le nord du département, les Secteurs VI et VII « Rhône-Isère » sont directement rattachés à Lyon, et donc à « Verre-Abricot ». 

Le Vercors, important noyau de résistance, est concerné par cette organisation, mais il n’en fait pas partie car il est centré sur la réalisation du « Projet Montagnards ».

Au cours de l’année 1943, le secteur IV a pour chef militaire Xavier de Virieu (Lejeune ou Blanche-Neige) ; son adjoint est Henri Champon (Henry) ; l’instruction des armes est confiée à Louis Kalck (André) ; Maurice Anger (le Chouan) est instructeur militaire. Jacques Molé (Emmanuel) en est le chef civil.

Outre le groupe franc de Vif, les éléments des Francs-Tireurs et Partisans (FTP) de la région de Prélenfrey et le camp de Tréminis, le Trièves donne naissance à des groupes de sédentaires mis sur pied par Jacques Molé (Emmanuel), chef civil du Trièves. Ces groupes deviendront la « compagnie André »  aux ordres du lieutenant Kalck (André). La compagnie s’engagera en juillet 1944 pour contrôler les Pas de la falaise orientale du massif, conformément au plan Le Ray (Rouvier), « annexe militaire » du Projet Montagnards de Pierre Dalloz.

 

 Pour en savoir plus :

Mouvements, réseaux et organisations de la Résistance - Nomenclature des lieux (J. Guillon)

Le Trièves-résistant (G. Giraud)

Le projet Montagnards (G. Giraud)

 Les engagements militaires majeurs de juillet 1944 (G. Giraud)

La dispersion - essai de synthèse (P. Huet)


Auteurs : Guy Giraud et Julien Guillon

Sources :

Julien Guillon, Résistances, histoire du secteur VII Rhône-Isère, 1940-1944 : des rives de la Bourbre jusqu'au dôme de l'Hôtel-Dieu, CBR, Bourgoin-Jallieu, 2015, 256 pages.

Paul et Suzanne Silvestre, Chronique des maquis de l’Isère, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 1995, 507 p.

Marie-Thérèse Lavault, Evelyne et Noël Quillion, Gresse-en-Vercors pendant la guerre 1939-1945, entre Trièves et Vercors, Association Gresse-en-Vercors Histoire et patrimoine, Mairie de Gresse-en-Vercors, juillet 2015, 150 p.

Archives Départementales du Rhône :

31 JB 66, Perol Jacques, de l’état-major de Descour (Bayard). Compte-rendu de l’activité de la 14e Région de juin 1940 à septembre 1944. A.S., Groupes Francs, organisation « maquis » de l’O.R.A. (novembre 1944).

31 JC 1, Rapports d’agents : Ain, Ardèche, Drôme, Isère, Jura, Loire, Saône-et-Loire, Savoie, Haute-Savoie, Vercors. (Correspondances d’Alban Vistel en 1944).

31 JC 8ter, A.S.-A.S.U.-F.F.I. Organisation régionale. 63 documents. Historique de l’A.S. régionale (très incomplet). Relations civils-militaires. Directives militaires nationales. Service de Santé.