Veuillez activer votre plugin flash player

Auguste Fossati évoque la création des Forces Républicaines de Sécurité (FRS)

Légende :

Témoignage d'Auguste Fossati sur son engagement au sein des Forces Républicaines de Sécurité (FRS) au lendemain de la libération de Marseille. Témoignage recueilli par Robert Mencherini, avec les moyens audiovisuels des Archives départementales des Bouches-du-Rhône en 2014

Genre : Film

Type : Interview filmée

Source : © MUREL- Montage : P. Ciantar Droits réservés

Détails techniques :

Extrait de film sonore en couleur d'une durée de 4 minutes et 35 secondes.

Date document : 2014

Lieu : France - Provence-Alpes-Côte-d'Azur - Bouches-du-Rhône - Marseille

Ajouter au bloc-notes

Analyse média

Auguste Fossati, membre du Groupe Provence des MUR, après avoir participé à la Libération de Marseille, s’engage dans les Forces Républicaines de Sécurité, nouvellement créées. Son témoignage évoque le rôle des FRS durant les quelques mois de leur existence.


Pierre Ciantar

Contexte historique

Dès le 23 août 1944, Raymond Aubrac crée les Forces Républicaines de Sécurité (FRS) pour assurer, provisoirement, le « maintien de l’ordre et de la sécurité publique dans les territoires libérés ». Ces unités, dont les effectifs sont puisés parmi les FFI, ont pour vocation d’assurer certaines missions comme le contrôle du ravitaillement et du marché noir, la lutte contre les collaborationnistes, etc. ; elles sont à la disposition des préfet.

Le 7 septembre 1944, Raymond Aubrac reçoit, à la caserne Audéoud, les premiers engagements de jeunes gens provenant des différents groupes de résistants. Dans le département, les FRS sont placées sous l’autorité du général Guillot, résistant affilié à l'Organisation de Résistance de l'Armée (ORA), qui, arrêté en 1943 par les Allemands et torturé, est pavenu à leur échapper.

Si le décret du GPRF qui crée les Compagnies Républicaines de Sécurité (CRS) est daté du 8 décembre 1944, il faut attendre dans la région, l’éviction de Raymond Aubrac et son remplacement par Paul Haag, fin janvier 1945, pour que les FRS soient remplacées par les Compagnies Républicaines de Sécurité, courant février 1945.


Auteur : Pierre Ciantar

Sources :

D'après Robert Mencherini, La Libération et les années tricolores (1944-1947). Midi Rouge, ombres et lumières, tome 4, Paris, Syllepse, 2014.