Voir le recto

L'Amicale Bayard, acteur de la mémoire de la Résistance dans l’Yonne

Légende :

Affiche de l'exposition sur la vie quotidienne à Joigny entre 1939 et 1944, organisée par l’Amicale Bayard, du 15 juin au 8 décembre 2013 - l’exposition se tenait au musée de la Résistance, qui est aussi le siège de l'Amicale, constituée dès la Libération par les anciens résistants de cette organisation

Genre : Image

Type : Affiche

Source : © Office de tourisme de Joigny Droits réservés

Détails techniques :

Recto : affiche en couleur. Verso : couverture de l'ouvrage de J-Y. Boursier.

Date document : 2013

Lieu : France - Bourgogne - Yonne - Joigny

Ajouter au bloc-notes

Analyse média

Cette affiche est un montage réalisé à partir d’une photographie représentant des Feldgendarmes se promenant dans une rue piétonne de Joigny (aujourd’hui, rue Gabriel-Cortel). Prise par un soldat allemand, cette photographie date probablement de 1942, année où la Feldgendarmerie prend ses quartiers dans la ville qui, dès le début de l’Occupation, en juin 1940, avait déjà accueilli une Kommandantur, ce qui explique la présence relativement nombreuse de l’occupant à Joigny.

Sur la droite de l’affiche, un enfant (personnage fictif de BD), tel un guide, invite à découvrir l’exposition, qui souhaite effectivement s’adresser aussi aux plus jeunes. Les organisateurs de l’exposition font montre de pédagogie pour faire découvrir l’histoire d’une ville dont les mémoires locales ont été marquées aussi bien par l’Occupation que par la Résistance, et le groupe Bayard en particulier. 

En organisant régulièrement des expositions, l’Amicale du groupe jovinien Bayard, constituée depuis 1994 en musée mémorial, reste un acteur très actif dans la mémoire de la Seconde Guerre mondiale dans l’Yonne et de la Résistance en particulier.


Auteur : Thierry Roblin

Sources :

Musée de la Résistance du groupement jovinien Bayard.

Contexte historique

Apparu au cours de l’hiver 1941, Bayard est un des premiers groupes de résistance de l’Yonne. Implanté à Joigny, créé et dirigé par Paul Herbin, Bayard a mené de 1941 à 1943 des actions de propagande, puis, par sa double affiliation au mouvement Libération-Nord et au réseau anglais Jean-Marie Buckmaster, il est passé à la lutte armée. Grâce à la volonté de son fondateur, Bayard a réussi à préserver son indépendance vis-à-vis des organisations nationales, ce qui explique sans doute, en partie, le phénomène d’identification d’une ville à un groupe de résistance. Cette relation identitaire est unique dans l’Yonne ; il s’agit là d’un particularisme local incontestable.

La création de l’Amicale du groupement Bayard fut actée le 18 février 1945. L’Amicale se réunit tout d’abord dans une annexe de la mairie de Joigny puis, en mai 1946, elle investit les locaux de la caserne Dubois-Thainville (actuellement, centre administratif situé sur les quais à Joigny) avant de s’installer en avril 1967 au 5 rue Boffrand, où elle réside toujours actuellement.

Dès sa création, l’Amicale Bayard entreprend des actions mémorielles qui rendent hommage à ses résistants et pratique l’entraide au sein de ses membres. Au début des années 1990, toujours animée des mêmes intentions mémorielles et dans un contexte où le devoir de Mémoire devient incontournable, l’Amicale Bayard multiplie les projets mémoriels. Ainsi, en novembre 1992, l’Amicale Bayard présidée par Serge Caselli organise, dans le quartier de Saint-André à Joigny, une exposition sur la résistance du groupe Bayard. En 1993, l’Amicale édite, avec le soutien du Conseil général de l’Yonne, un ouvrage intitulé La Résistance dans le Jovinien et le groupe Bayard, Mémoire et Engagement. [Voir photo au verso.] La réalisation de ce livre est dirigée par le sociologue et anthropologue Jean-Yves Boursier, alors professeur à l’Université Paris-VIII. Il s’agit d’un recueil de témoignages illustrés de documents d’archives du groupe Bayard. Comme l’écrit Serge Caselli, ce livre n’est « pas un but en soi », il s’inscrit dans le projet de création d’un musée de la Résistance, il en est même - précise Caselli - « l’ambassadeur itinérant, facile à déplacer, facile à consulter. »

Le musée mémorial de l’Amicale Bayard voit donc le jour un an plus tard, en 1994. Initialement prévu dans les locaux du château des Gondi à Joigny, il est finalement installé dans les locaux exigus du 5 rue Boffrand. Ce musée doit beaucoup au travail de Claude Renouard, conservateur départemental des musées de l’Yonne. Aujourd’hui, c’est dans ce musée que sont présentées, chaque année, des expositions temporaires.

À noter que depuis 2014, l’actuel maire de Joigny, Bernard Moraine, ambitionne de créer un musée départemental de la Résistance et de la Déportation à Joigny. Ce musée, qui ne se limiterait pas à la résistance jovinienne, aurait pour objectif d’éveiller les consciences citoyennes en y associant le travail de Mémoire et le devoir d’Histoire. Une association, l’ARDY (Association de la Résistance et de la Déportation de l’Yonne) a été constituée en 2016 afin de piloter ce projet, qui suscite cependant des réticences de la part de l’Amicale Bayard, actuellement présidée par Dany Charpy.


Auteur : Thierry Roblin

Sources : ARORY