Voir le verso

Stèle à la mémoire des victimes des combats des 20 et 21 juillet 1944 à Arx (Landes)

Légende :

Stèle située devant le monument aux morts d'Arx

Genre : Image

Type : Stèle

Producteur : Jacqueline Marvier

Source : © Cliché Jacqueline Marvier Droits réservés

Détails techniques :

Photographie numérique en couleur

Date document : 2017

Lieu : France - Aquitaine - Landes - Arx

Ajouter au bloc-notes

Contexte historique

Arx est un petit village perdu dans l'immensité forestière de l'extrême nord du canton de Gabarret (département des Landes), à la limite du Lot-et-Garonne mais au cœur d'une zone où sont rassemblés, en cet été 1944, plusieurs groupes résistants : ceux du bataillon néracais entre Sos et Meylan, ceux du bataillon de l'Armagnac aux environs de Baudignan, ceux du bataillon Arthur autour de Houeillès, Boussès et à Arx même.
Aussi, le 20 juillet, soit cinq jours après les violents combats de Gueyze, y surgit un détachement allemand du 110e régiment de grenadiers blindés, passé quelques jours plus tôt par Mont-de-Marsan et composé de 22 véhicules (camions et voitures blindées chenillées). Dès l'entrée du village, des coups de feu s'échangent. Le convoi traverse, puis prend la route de Sos mais bloqué au pont de Saucats qu'un membre du bataillon néracais vient de détruire, se voit contraint de faire demi-tour. Sur cette route étroite des Landes, la manœuvre est difficile. Le commandant Marta, chef des guerilleros espagnols, parvient alors à s'approcher et à faire sauter à la grenade une chenillette. Sous le feu nourri des résistants, la colonne repart alors vers Boussès. Le combat a duré six heures et se solde par six maquisards tués, quatre otages et quatre fermes ou maisons d'habitation incendiées. Mais dès le lendemain, les troupes d'occupation reviennent. Malgré le nouveau combat qui s'engage, elles récupèrent la chenillette immobilisée, comblent le lit de la rivière de poteaux de mines et réalisent leur jonction avec un autre détachement venu en renfort de Meylan. Quand tous repartent vers Sos, Arx compte six nouveaux morts (deux résistants et quatre civils) et six nouvelles fermes incendiées. Deux jours avaient suffi pour faire connaître à ce petit village landais les horreurs de la guerre.


Jean-Pierre Koscielniak in CD-ROM La Résistance en Lot-et-Garonne, AERI, 2011