Voir le verso

Plaque à la mémoire de Paul Hassler, Villefranche-sur-Saône

Légende :

Plaque en mémoire de Paul Hassler apposée sur le mur à côté de son imprimerie, 44 rue de la Gare à Villefranche sur Saône

Genre : Image

Type : Plaque commémorative

Producteur : Corinne Lugoboni

Source : © Cliché Corinne Lugoboni Droits réservés

Détails techniques :

Photographie numérique en couleur

Date document : 6 janvier 2017

Lieu : France - Rhône-Alpes - Rhône - Villefranche-sur-Saöne

Ajouter au bloc-notes

Contexte historique

Pendant la guerre, Paul Hassler est imprimeur à Villfranche-sur-Saône, rue de la Gare. Élu conseiller municipal en mai 1935 sur la liste-S.F.I.O., il "démissionne" en avril 1941 lors de la nomination d'un nouveau conseil municipal par le Gouvernement de Vichy. Ne pouvant se résigner à la défaite, à l'occupation et à l'oppression, Paul-Hassler qui est franc-maçon, entre dans la résistance dès 1942, et de son imprimerie sortent alors journaux et tracts clandestins.

Arrêté, incarcéré le 1er janvier 1943 à la prison St Paul à Lyon, et libéré le 31 mai 1943, il reprend son activité dans l'imprimerie que son épouse continuait à faire fonctionner bien qu'ils aient divorcé en 1940. En juillet 1943, tandis que le défilé du 14 juillet est interdit, des Caladois décident malgré tout de défiler sur les trottoirs entraînant 7 arrestations dont celle de Paul Hassler qui, trop surveillé, ne s'était pourtant pas joint au défilé dont il approuvait l'initiative. Alors qu'il se trouve dans le Commissariat de Police, situé alors au rez-de chaussée de l'Hôtel de Ville, il réussit à s'évader avec la complicité de sa femme et sans doute la bienveillance d'un policier français. Recherché par la Gestapo, il se réfugie à Toulouse où, sous le pseudonyme de Paul Lechere, il poursuit son activité clandestine à l'imprimerie des Frères Lion (rue Croix-Baragnon) qui participait à la résistance locale.

Le 4 février 1944, il est arrêté, sous son faux nom, avec tous ses camarades de travail. Incarcéré à la prison de Toulouse, il est transféré à Compiègne le 24 juin 1944 et déporté, le 2 juillet au camp de Dachau dans le trop célèbre train appelé "Convoi de la mort". Paul Hassler meurt dans ce train.


Extrait de sa biographie sur le site "Légion d'honneur en Beaujolais"