Portrait et plaque en hommage à Albert Triboulet, Romans-sur-Isère (Drôme)

Légende :

Plaque et portrait inaugurés en février 2018 au lycée Triboulet de Romans sur Isère en présence d'Emmanuelle Anthoine députée de la Drôme, de Marie-Pierre Mouton, présidente du conseil départemental de la Drôme, de Marie-Hélène Thoraval, maire de Romans et d'autres personnalités. Cette plaque a été apposée à l'initative de l'ANACR et du Souvenir Français.

Genre : Image

Type : Plaque commémorative

Producteur : Maurice Bleicher

Source : © Cliché Maurice Bleicher Droits réservés

Détails techniques :

Photographie numérique en couleur

Date document : février 2018

Lieu : France - Rhône-Alpes - Drôme - Romans-sur-Isère

Ajouter au bloc-notes

Contexte historique

Albert Triboulet, né en 1901, dans le Briançonnais, est professeur d'italien à l'école pratique et au collège de Romans depuis 1933. Militant socialiste, il est franc-maçon, appartenant à la loge de "L'Humanité de la Drôme". Fin 1940 ou début 1941, il est contacté par un avocat socialiste grenoblois, maître Hugues. Il prend contact avec Vincent-Beaume pour l'aider à organiser la Résistance à Romans. Il crée un réseau clandestin, à Romans, avec Alex Blanchard, Gilbert Chapelle, le docteur Ganiméde, Morand, Brunel, Richaud, Gaillard, Susini, Claudet, la compagnie romanaise et péageoise des Franc-Tireurs du Vercors. Les réunions se tenaient surtout chez Claudet. Il vient faire des cours au château de Sallemard à Peyrins pour les enfants réfugiés, notamment les juifs.
Le Comité local de Résistance est créé à Romans en décembre 1943, sous l'égide des MUR, il en est le chef de district. Avec Crouau, professeur au collège technique, ils créent dans le plus grand secret une compagnie qui se mobilisera sous les ordres de ce dernier : la compagnie Abel qui combattra au Vercors. Albert Triboulet monte au Vercors le 8 juin 1944. Au début juillet, il accomplit une mission dans les Alpes, dans sa région natale, pour la commission interalliée.
Dénoncé par Mireille Provence, il est capturé par les Allemands le 29 juillet 1944 à Saint-Just-de-Claix, à la limite de l'Isère et de la Drôme, en tentant de franchir un barrage lors de l'évacuation du massif. Il est fusillé avec neuf autres FFI dans le parc du château de Saint-Nazaire-en-Royans, le 1er août 1944.

CITATION : "Le lieutenant Triboulet a incarné l'esprit de la résistance à Romans depuis 1942, Officier adjoint au commandant de la compagnie, chargé par la mission interalliée d'une mission délicate dans le Briançonnais, s'acquitta de cette tâche brillamment. Tombé à l'ennemi le 29 juillet 1944."

Un lycée de Romans ainsi qu'une rue portent aujourd'hui le nom d'Albert Triboulet.


Patrick Martin, Jean Sauvageon in DVD-ROM La Résistance dans la Drôme - le Vercors, AERI, 2007.