Promotion "Bir-Hakeim" des Cadets de la France Libre, décembre 1942

Légende :

Au 1er rang : Rémi Dreyfus (visage entouré sur la photo)

Genre : Image

Type : Photographie

Source : © Association du Souvenir des Cadets de la France Libre Droits réservés

Détails techniques :

Photographie noir et blanc

Date document : Décembre 1942

Lieu : Angleterre

Ajouter au bloc-notes

Analyse média

1er rang (les noms soulignés sont ceux des élèves promus aspirants)
BillardDreyfus – Aspirant Fevre – Capitaine De la Joncière – Commandant Beaudouin – Lieutenant De Cabrol – Aspirant Taravel – Sergent chef Lehrmann – Taylor

2ème rang
LancienBlochLigavantBlanchardTaburetXoualLoeilletCortaPierrepontWrenacre (manquent Alliot, Bouffartigue et Camors)

3ème rang: les élèves officiers
Cachera – X – Middleton – Hulot -Y- Lejeune – C.Richard – X – Vourc’h

Parmi les 16 aspirants, 5 sont morts durant les combats de la Libération : Jean-Claude Camors, Marcel Livagant, Guy Pierrepont, Alain Taburet, Georges Taylor.
Joseph Blanchard est également Mort pour la France en 1960. Robin Wrenaecre est mort en service également en 1960.

Jean-Claude CAMORS et Georges TAYLOR ont été nommés Compagnon de la Libération.


https://cadetfrancelibre.fr/index.php/formation/la-promo-bir-hakeim-decembre-1942/

Contexte historique

Dès le mois d’août 1940, le général de Gaulle décide de regrouper les étudiants qui l’ont rallié pour leur donner une formation d’officiers. Une sorte de prytanée les réunit d’abord, puis en février 1941, les premiers élèves du futur Saint-Cyr de la France libre se retrouvent à Malvern (Worcestershire) pour constituer l’embryon de l’École militaire des Cadets. L’École militaire des Cadets de la France libre, installée à partir de mai 1942 à Riverfust Hall (Worcestershire), formera cinq formations d’aspirants : "Libération", juin 1942, "Bir Hakeim", décembre 1942, "Fezzan-Tunisie", juin 1943, "Corse et Savoie", décembre 1943, "18 juin", juin 1944.

Environ quatre cents officiers furent ainsi formés dans les écoles et les pelotons de 1940 à 1944.
Les pertes de ces aspirants, sous-lieutenants et lieutenants, issus de la France libre, ont été très élevées (un sur quatre des anciens Cadets ont été tués au combat).
L’École militaire des Cadets a été assimilée à l’École militaire supérieure de Saint-Cyr par une loi de la République (17 mars 1954), et la promotion de Saint-Cyr de juillet 1987 porte le nom de "Cadets de la France libre".