Veuillez activer votre plugin flash player

Von Choltitz au PC du général Leclerc à Montparnasse

Genre : Film

Type : Film

Source : © National Archives and Records Administration, Washington Libre de droits

Détails techniques :

Durée : 41 secondes

Date document : 25 août 1944

Lieu : France - Ile-de-France - Paris

Ajouter au bloc-notes

Analyse média

0:00:01 à 0:00:10 - À son PC de la gare Montparnasse, le général Leclerc fait le point des opérations menées par sa division dans Paris, au général Gerow (à sa gauche), commandant le 5e corps d'armée américain dont il dépend.

0:00:10 - Arrivée de Von Choltitz à la gare Montparnasse. Derrière lui, nous apercevons Maurice Krigel-Valrimont qui descend du half-track. 

0:00:20 - En présence du général Leclerc et du colonel Rol-Tanguy, Von Choltitz signe les ordres de reddition des points d'appui allemands. 


Contexte historique

Dans la matinée du 25, le colonel Billotte adresse un ultimatum au commandant du Gross Paris par l'intermédiaire du Consul de Suède, Raoul Nordling. Faute de réponse à midi, il décide de faire procéder à l'assaut du QG, l'Hôtel Meurice. Au passage, les soldats de la 2e DB obtiennent la reddition de la Kommandantur à l'Opéra. Von Choltitz se rend. Les lieutenants Karcher et Franjoux et le commandant de La Horie le conduisent à la préfecture de police où les attendent les généraux Leclerc et Chaban, délégué militaire national et adjoint d'Alexandre Parodi. 
Introduit dans la salle des billards, von Choltitz, après s'être assuré qu'il est en présence de troupes régulières, signe la convention de reddition qui a été rédigée par de Guillebon en présence de Leclerc, Chaban, Kriegel-Valrimont (COMAC), Rol-Tanguy, commandant les FFI d'Ile-de-France et Charles Luizet, préfet de police, nommé par le chef du gouvernement provisoire d'Alger. La capitulation signée doit être rendue effective. Von Choltitz est emmené à la gare Montparnasse, PC du général Leclerc et signe une vingtaine de cessez-le-feu destinés aux points d'appui allemands. La question posée à la préfecture de police par Chaban au sujet de la signature de Rol-Tanguy pour rappeler la participation des FFI à l'insurrection et aux combats de la libération trouve sa conclusion. Leclerc accepte car il reconnaît leur rôle et Rol-Tanguy signe un des exemplaires de la convention de reddition. Des missions mixtes partent alors de Montparnasse : un officier allemand et un officier français porteurs de l'ordre aux différents secteurs. En fin d'après-midi, toute résistance allemande a cessé.


Christine Levisse-Touzé, Cécile Vast, " La reddition de von Choltitz" in dvd-rom La Résistance en Ile-de-France, AERI, 2004.