Rue Lucien-Gander, Mulhouse

Genre : Image

Type : plaque de rue

Producteur : Bertrand Merle

Source : © collection Bertrand Merle / Aéria Droits réservés

Détails techniques :

Photographie numérique en couleur

Date document : Juillet 2017

Lieu : France - Alsace - Haut-Rhin - Mulhouse

Ajouter au bloc-notes

Analyse média

Voie dénommée rue Lucien-Gander par une décision du conseil municipal du 7 juillet 1975. Cette rue est bordée d’un côté par le canal de décharge de l’Ill ici à ciel ouvert et de l’autre par la rue du Brochet. Elle a été ouverte sur un ancien dépôt municipal. Elle longe aussi un des côtés du lycée Albert-Schweitzer. Elle prolonge la rue du Siphon située en bordure du canal couvert et conduit du pont des Fabriques au pont Nessel. La plaque n’indique aucune donnée biographique.


Bertrand Merle

Sources
Les rues de Mulhouse. Histoire et patrimoine. Conseil consultatif du patrimoine mulhousien et avec le concours de la Société d’histoire et de géographie de Mulhouse. Editions JM 2007 et JM 2009 actualisées et enrichies.

Contexte historique

Lucien Gander (Eugen, Anton, Lucian dans l’état civil allemand) est né à Mulhouse le 20 janvier 1884 et décédé le 6 août 1960. Il est né dans une famille catholique. Il est le fils d’Antoine Gander, commerçant, et d’Emma Gander née Hahn. Ses parents tiennent un commerce de droguerie situé 50 avenue Aristide-Briand (Dornacherstasse à l’époque - chaussée de Dornach aussi à différentes période). Il leur succède en 1919 et se marie le 28 février 1922 avec Marthe Burger. Lucien Gander est appelé dans l’armée allemande lors de la Première Guerre mondiale (1914-1918), l’Alsace et la Moselle n’étant plus française à l’issue de la guerre de 1870-1871.

Il a 55 ans lorsqu’éclate la Deuxième Guerre mondiale. Dans l’Alsace annexée de fait (1940-1945), il a été un des nombreux passeurs qui ont permis à des prisonniers de guerre échappés d’Allemagne de regagner la France et de passer clandestinement la frontière. Sa bonne connaissance du terrain, des Vosges au Sundgau, a été un précieux atout dans ce domaine. Sa biographie publiée sur le site internet du Sénat atteste de sa qualité de passeur, un diplôme étant conservé par le Conseil de la République. Il est entré en politique dans la famille gaulliste via la résistance au nazisme. C’est pourquoi il est nommé au conseil municipal provisoire le 28 décembre 1944 par le préfet. Il fait partie des huit personnes issues du comité de la Résistance qui siègent à partir du 18 janvier 1945 dans cette assemblée. Il ne se présente pas aux élections d’octobre 1945. Par la suite, il devient néanmoins maire de Mulhouse sous l’étiquette du RPF (Rassemblement du peuple français) d’octobre 1947 à mai 1953. De nombreux travaux urbains ont été entrepris pendant cette période. Il est aussi élu sénateur le 30 septembre 1951 en battant Joseph Rey maire MRP de Colmar (Mouvement républicain populaire) autre figure de la résistance alsacienne.


Bertrand Merle

Sources
- Ces maires qui ont fait Mulhouse. Bernard Fischbach. Editions du Rhin. 1983
- "Lucien Gander". Fiche de Raymond Oberlé. Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne. N° 12, page 1110. 1988.
- Lucien Gander. www.senat.fr (anciens sénateurs de la 4e République). Merci à la bibliothèque et aux archives du Sénat.
- Archives départementales du Haut-Rhin. Etat civil de Mulhouse. Naissances 1884.