Voir le verso

Plaque rappelant la présence du Général de Gaulle à Bordeaux en juin 1940

Légende :

Plaque apposée sur l'hôtel particulier qui servit de poste de commandement au général de Gaulle en juin 1940, situé 29, rue Vital-Carles, Bordeaux (Gironde)

Genre : Image

Type : Plaque

Producteur : Stéphane Caillon

Source : © Cliché Stéphane Caillon Droits réservés

Détails techniques :

Photographie numérique en couleur (voir recto-verso).

Date document : Avril 2018

Lieu : France - Aquitaine - Gironde - Bordeaux

Ajouter au bloc-notes

Analyse média

Décision de de Gaulle de continuer la lutte. 16 et 17 juin 1940.


Contexte historique

Chronologie de la nuit du dimanche 16 juin au lundi 17 juin 1940

Vers 21 h 30, un avion britannique (modèle de Haviland Flamingo DH 95) a atterri à Mérignac (anciennement aéroport de Beaudésert), venant de Londres. Le général de Gaulle descend de l’appareil ; il est accueilli par le colonel Humbert et Jean Auburtin, tous deux membres de son cabinet : ils lui annoncent la démission de la présidence du Conseil de Paul Reynaud, et l’informent qu’il est question que le maréchal Pétain soit chargé de former un nouveau gouvernement. Le général comprend alors qu’il a été évincé du gouvernement, et que le temps pressait.

Alors, sans perdre de temps, le général de Gaulle se rend au n° 29 de la rue Vital-Carles, où résidait Paul Reynaud, ex-président du Conseil, pour le rencontrer. Il lui fait part de son intention de regagner Londres dès le lendemain matin. Il lui demande conseil pour trouver une adresse où se loger à Londres. Sur ce point, Paul Reynaud lui conseille d’aller voir son ex-directeur de cabinet, Jean Laurent. En outre, il lui propose de lui faire remettre une enveloppe de 100 000 francs, somme prélevée sur les fonds secrets dont il a la responsabilité pour quelques heures encore ! Il est environ 23 h 00.

Le général de Gaulle quitte Paul Reynaud, et rencontre Jean Laurent, qui lui remet les clefs de l’appartement qu’il possède à Londres au 4e étage du n° 8, Seymour Place, non loin d’Hyde Park. Il est alors près de minuit. À minuit, ayant réglé ses problèmes de logistique, le général de Gaulle se rend à son bureau, au n° 35 de la place Pey-Berland, pour prendre congé et remercier les membres de son cabinet.

Il est minuit passé lorsque le général de Gaulle se rend à l’hôtel Montré où se trouve l’ambassade britannique pour annoncer à monsieur l’ambassadeur, Sir Ronald Campbell et au général Spears, ami proche de Winston Churchill, sa volonté de repartir pour Londres, le matin du 17 juin avec le même avion prêté la veille par Winston Churchill. Le général Spears lui annonce qu’il partira pour Londres avec lui.


Sylvain Cornil, article "Les différentes adresses où le général de Gaulle s’est rendu à Bordeaux, dans la nuit du 16 au 17 juin 1940" sur le site Internet de la Fondation de la France libre.