Plaques du réseau Buckmaster. « Les Orphelins », Dole (Jura)

Légende :

Plaques apposées en mémoire d’un drame qui a frappé le 26 juin 1944 un groupe de résistants du réseau Buckmaster Radio-Patrie (ou Lucien Mesnard). Situées à droite de l’entrée d’un parc dans lequel se sitie l’immeuble dit « des orphelins » qui leur faisait office de Q.G. Ce bâtiment qui abritait un entrepôt de fromages, avait été mis à leur disposition par la famille suisse Graf, industriels dolois. La plaque supérieure n’existait pas en 2001.

Lieu : Dole, 175 avenue Duhamel

Genre : Image

Type : Plaques commémoratives

Producteur : A. Robert

Source : © A. Robert Droits réservés

Détails techniques :

Photographie numérique en couleur

Date document : 2019

Lieu : France - Bourgogne - Franche-Comté (Franche-Comté) - Jura - Dole

Ajouter au bloc-notes

Contexte historique

- Plaque du bas, dédiée « aux tués et morts en déportation » d’un réseau Buckmaster aux origines complexes et connu sous les appellations françaises de « Lucien-Mesnard » et de « Radio-Patrie » (Director puis Scholar pour les Britanniques). Entre autres activités, il est en charge de l’organisation de parachutages dans le secteur. Cette inscription, même si elle concerne « toutes » ses victimes, fait implicitement référence au « drame des orphelins » survenu le 26 juin 1944 dans ce bâtiment bien visible depuis la position des plaques. Tout commence par la réussite, en plein jour, le 26 juin 1944, d’un parachutage exceptionnel, « l’opération Zebra », à Lays sur le Doubs (Saône & Loire), à quelques kilomètres des villages jurassiens d’Annoire et de Neublans. Ce parachutage est attribué à "Radio-Patrie". Tout se passe dans les meilleures conditions, les résistants qui avaient littéralement bouclé la zone récupèrent les 432 containers.

« L’affaire des orphelins ».
Et puis ce sera le drame. Le soir même du parachutage l’Etat major de « Radio-Patrie » réuni dans les locaux de son P.C, s’apprête à fêter l’événement. Mais le réseau a été repéré, et les Allemands pénètrent dans la propriété. Les convives ont eu le temps de gagner les combles. Mais un incident trahit leur présence. L’état major du réseau Buckmaster est décapité. Son opératrice radio Yvonne Baseden, « Odette », Anglaise née à Paris, et presque tous les autres sont battus et menottés deux à deux, moribonds compris. Seul Fréderic Mayor, le gardien de la fromagerie, caché par les meules de fromage, échappe à l’arrestation. Les autres sont emmenés à la prison de Dole.
Yvonne Baseden et Gabrielle Mayor sont déportées à Ravensbrück (rentrées),
Charles Allouin succombe à ses blessures,
Lucien Monjouin déporté à Dachau y sera fusillé
Robert Morel déporté à Dachau (rentré),
Jean Nicole sera retrouvé pendu dans sa cellule
Jean Pol déporté à Mauthausen ( ?)
Robert Michaud déporté à Natzweiler ( ?)
Déportés aussi Jean Falcucci chef de groupe à Poligny et Pierre Jolliet (rentrés).

Les Allemands poursuivent leurs investigations à Dole où ils arrêtent une douzaine de membres du réseau qui seront déportés.

- Plaque supérieure : Le chef du réseau, le baron Gonzague de Saint-Geniès, « Lucien », fidèle aux consignes et pour ne pas être contraint de parler sous la torture, se donne la mort. Cet ancien prisonnier de guerre évadé avait rejoint l’Angleterre et les services britanniques. Dans la nuit du 18 au 19 mars 1944, il avait été parachuté dans les Landes avec son opératrice radio Yvonne Baseden, « Odette ».. Le mois suivant ils rejoignent séparément Dole.


André Robert