Docteur Marius Gazeau, médecin résistant tué le 4 juillet 1944, Mougon (Deux-Sèvres)

Légende :

Portrait du Docteur Marius Gazeau, résistant et médecin, mitraillé par un avion allié le 4 juillet 1944, situé 25, route de Prahecq, à Mougon (Deux-Sèvres)

Genre : Image

Type : Portrait

Producteur : Guy Brangier

Source : © Cliché Guy Brangier Droits réservés

Détails techniques :

Photographie analogique en noir et blanc.

Date document : Février 2018

Lieu : France - Poitou-Charentes - Deux-Sèvres - Mougon

Ajouter au bloc-notes

Contexte historique

Le dimanche 4 juillet 1944, le docteur Marius Gazeau avait pris sa voiture pour se rendre à Celles, bien qu'il soit interdit de circuler, sauf pour les médecins en service. Mais le docteur Gazeau ne se rendait pas à une visite médicale et il n'avait mis aucun signe distinctif sur son automobile à gazogène. Il allait jeter un coup d'œil à la gare de Celles pour observer un convoi de l'armée allemande. C'était quatre semaines après le débarquement allié et le docteur Gazeau faisait partie du mouvement de résistance de l'Organisation Civile et Militaire (OCM). De parachutages d'armes en mise en sécurité de réfractaires au service du travail obligatoire ou bien de faux certificats médicaux, il ne ménageait pas son engagement patriotique antinazi, avec le concours entier de son épouse Madeleine.
Mais des avions alliés, devenus maîtres du ciel, ont aperçu son automobile, qu'ils ont pensé être un véhicule allemand, et l'ont sans hésiter pris pour cible en le mitraillant en piqué. Cela s'est passé près de Prahecq, à Triou, où une petite stèle, au niveau de l'ancien silo, évoque cette tragique erreur.
La presse collaboratrice s'est aussitôt emparée de l'événement pour tirer à boulets rouges contre les Anglo-Saxons, des barbares qui avaient assassiné un Français, brave médecin de campagne.
Depuis l'an 2000, une petite place évoque cet authentique résistant qui s'était installé à Prahecq en 1932.


Paulina Brault

D'après l'article "Le 4 juillet 1944 : un avion allié mitraille le Dr Gazeau", publié dans La Nouvelle République le 4 juillet 2014 ; mis à jour en avril 2017 et consulté le 13 mars 2018.