Voir le verso

Stèle en hommage aux FFI, lieu-dit "l'Huis-Châtelain", Dun-les-Places (Nièvre)

Légende :

Stèle sculptée en hommage aux FFI Irénée Lecocq et Georges Winck, capturés et fusillés par les Allemands le 21 juillet 1944 (et non le 16 juin 1944), lieu-dit "l'Huis-Châtelain", commune de Dun-les-Places (Nièvre)

Genre : Image

Type : Stèle

Producteur : Philippe Le Roy

Source : © Cliché Philippe Le Roy Droits réservés

Détails techniques :

Photographies numériques en couleur (voir recto-verso).

Date document : Mai 2018

Lieu : France - Bourgogne - Nièvre - Dun-les-Places

Ajouter au bloc-notes

Contexte historique

Irénée Lecocq (ou Lecoq)

Massacré le 16 juin 1944 sur le territoire de la commune de Quarré-les-Tombes (Yonne). Georges Winck et Irénée Lecoq étaient en relation avec le maquis « Verneuil » de l’organisation Libération-Nord, qui s’implanta dans la région de Quarré-les-Tombes en juin et juillet 1944 (maquis des Iles Ménéfrier). Ils étaient, semble-t-il, chargés du ramassage des armes abandonnées dans la région pour armer ce maquis. Ils furent tous deux capturés par les Allemands le 16 juin 1944, sur le territoire de la commune de Quarré-les-Tombes.
Irénée Lecoq fut massacré sur place ; Georges Winck, incarcéré à la prison d’Auxerre le 17 juin, a été fusillé le 21 juillet 1944 au champ de tir d’Égriselles.
Le nom d’Irénée Lecoq figure, avec celui de Georges Winck, sur le monument érigé à la mémoire de ces deux résistants au lieu-dit « Les Trois Arbres », sur le territoire de la commune de Quarré-les-Tombes, le long de la D 20, en limite des départements de l’Yonne et de la Nièvre.
 

Georges Winck

Né le 8 décembre 1914 à Melun (Seine-et-Marne), fusillé par les Allemands le 21 juillet 1944 après condamnation à mort, au champ de tir d’Égriselles, commune de Venoy (Yonne) ; ouvrier agricole ; maquis Verneuil (Libération-Nord). Enfant de l’assistance publique domicilié à Saint-Germain-de-Modéon (Côte-d’Or), Georges Winck, célibataire, était ouvrier agricole de la région de Quarré-les-Tombes (Yonne), lorsqu’il fut en liaison avec le maquis Verneuil. La Feldgendarmerie allemande l’arrêta le 16 juin 1944 en même temps qu’Irénée Lecoq, au lieu-dit "Les Trois-Arbres" (commune de Quarré-les-Tombes). Irénée Lecoq fut massacré sur place ; Georges Winck fut amené à Auxerre. Condamné à mort par le tribunal FK 745 d’Auxerre le 6 juillet 1944, il a été fusillé le 21 juillet 1944 au champ de tir d’Égriselles.
Le nom de Georges Winck est gravé sur la stèle des fusillés d’Égriselles. Les noms d’Irénée Lecoq et de Georges Winck sont gravés sur une stèle érigée au lieu-dit "Les Trois Arbres", commune de Quarré-les-Tombes, avec la date de fusillade du 16 juin 1944, par erreur. 


Auteur : Claude Delasselle pour le Dictionnaire des fusillés.

Sources :

(1) Sur les chemins de l’histoire et du souvenir, ARORY, 1993, p. 42. 

Robert Bailly, Si la Résistance m’était contée, ANACR Yonne, 1990, p. 367. 

(2) DAVCC, Caen.

Bailly Robert, Si la Résistance m’était contée, ANACR Yonne, 1990, p. 367.

Sur les chemins de l’histoire et du souvenir (Yonne), ARORY, 1993, p. 42.