Stèle du commandant Foucaud, Frébuans (Jura)

Légende :

Monument érigé à la mémoire du Commandant Foucaud, « Quasimodo », chef départemental des FFI du Jura, situé sur la route départementale 1083, de Lons-le-Saunier en direction de Lyon, à hauteur de l’agglomération de Gevingey (prendre la route en direction de St-Georges).

Genre : Image

Type : Monument commémoratif

Producteur : A. Robert

Source : © A. Robert Droits réservés

Détails techniques :

Photographie numérique en couleur

Date document : 2019

Lieu : France - Bourgogne - Franche-Comté (Franche-Comté) - Jura - Frébuans

Ajouter au bloc-notes

Analyse média

Description figurant sur la plaquette réalisée par Jean Guichard, ancien enseignant, colonel de réserve, un des responsables départementaux du Souvenir Français : « Sous la forme de trois gros blocs rocheux de pierre brute. Deux sont debout, forts, puissants ; ils symbolisent la solide assise des convictions jurassiennes. Ils supportent le troisième bloc, couché celui-là. Il veut signifier que la ténacité bien connue de nos populations dans les actions qu’elles entreprennent, procède de cette solidité des idées et s’appuie sur la force de leurs convictions. C’est ce troisième bloc qui reçoit la plaque transférée … »

Cette plaque fut apposée dans les années 1950 à l’initiative des associations patriotiques et de la Résistance. La représentation du commandant Foucaud qui figure actuellement sur le monument sera apposée ultérieurement.

Monument érigé à l’initiative de la municipalité de Frébuans, du Souvenir Français, de la Délégation Militaire Départementale, de la Commission Départementale pour l’Information Historique pour la Paix, l’ODAC, la commune voisine de Trenal et le Comité de liaison de la Résistance et de la Déportation sur le lieu où le Commandant Foucaud a été abattu le 26 avril 1944. 

Il fut inauguré le 28 avril 1990, 46e anniversaire de l’assassinat du commandant. La cérémonie était présidée par le préfet du département, J-F. Denis, « en présence des plus hautes autorités départementales, du Général Le Henry, de Madame Mirebeau-Foucaud, fille du Commandant, et des populations des villages autour ». À cette occasion fut dévoilée la plaque désignant ce lieu « Place du Souvenir Français ».


André Robert

Contexte historique

Assassinat du Commandant Foucaud

Le 25 avril 1944, le commandant Foucaud, chef départemental FFI, de retour de mission, a passé la nuit chez son adjoint Romuald Vandelle, « Louis », au château de Saint Georges, près de Beynes, commune de Frébuans. Le lendemain matin, il participe à une réunion de l’Etat major départemental. Vers 11 heures, ils sont attaqués par un groupe d’une soixantaine de Waffen-SS. « Louis » parvient à s’échapper, par contre le commandant Foucaud, blessé par balles, est achevé dans la propriété du château en tentant de s’enfuir. Le Commandant aurait été trahi par son interprète. Les Allemands interdisent que l’on déplace son corps qui sera enterré la nuit (la levée du corps inhumé à Trenal et transféré en Charente aura lieu en octobre 1944). Puis le feu est mis à la ferme du château et la femme du Commandant Vandelle ainsi que le fermier sont emmenés à Lons- le-Saunier. Elle sera déportée à Ravensbrück (rentrée).
Avec la mort du commandant Foucaud, Romuald Vandelle « Louis », est appelé à prendre la tête de la Résistance jurassienne.

René Foucaud :
Né le 3 février 1903 à Salle en Barbezieux (Charente).
Ancien enfant de troupe, lieutenant dans un régiment de chars de combats à Metz sous les ordres du colonel de Gaulle avant la guerre.
Nommé capitaine au début du conflit, sa brillante conduite lui valut la Légion d'Honneur.
En 1942, commandant, chef d'Etat-Major du 151e R.I. (armée d'armistice) à Lons le Saunier, il prend contact avec la Résistance locale. Lors de la dissolution de son régiment en novembre 1942, il adhère à l'ORA. En mai 1943, il est nommé commandant départemental de l'AS (remplaçant Henri Barbier qui vient d'être arrêté) puis chef départemental des FFI.


André Robert

Sources :
Archives Vandelle. Musée de la Résistance et de la Déportation de Besançon
André Robert, Jura 1940-1944. Territoires de Résistance, Éditions du Belvédère, 2014.