Elie Deschamps, dit Ravignan

Légende :

Elie Deschamps, dit "Ravignan", à la tête du groupement-Ouest des FFI

Genre : Image

Type : Photographie

Source : © Collection privée Georges Rigaud Droits réservés

Détails techniques :

Photographie analogique en noir et blanc.

Date document : Sans date

Lieu : France - Rhône-Alpes - Ain - Oyonnax

Ajouter au bloc-notes

Contexte historique

Elie Deschamps est né le 28 mai 1902 à Rouen. En 1940, lieutenant d'artillerie de réserve, il réside à Oyonnax où il est professeur de mathématiques à l'Ecole nationale des matières plastiques. Il réagit très vite contre l'humiliation de la défaite, l'occupation et la collaboration. Il adhère au mouvement Franc-Tireur et est relevé de ses fonctions par l'Education nationale à la fin de l'année scolaire 1942-1943 en raison de ses idées.

Fin 1942, il entre en Résistance en rejoignant le groupe animé par "Gaby" Jeanjacquot, chef de l'Armée secrète d'Oyonnax, le secteur C6. Courant 1943, Elie Deschamps participe à la création d'un comité clandestin de résistance indépendant des mouvements : il distribue la presse clandestine et recrute. Son engagement a valeur d'exemple et un certain nombre de ses anciens élèves rejoint le Maquis. En mai 1943, il cesse son activité professionnelle et passe dans la clandestinité. Il est l'un des premiers agents permanents (P2) de l'AS, rémunéré par le service social des MUR. De juin 1943 à février 1944, il œuvre pour l'organisation de l'AS départementale.

Au départ, l'intention première d'Elie Deschamps est de rallier la France Libre ; avec son ancien élève Noël Perrotot, lieutenant au 3e régiment de tirailleurs, ils ont cherché une filière sans y parvenir. A la mi-juillet 1943, Deschamps propose à Henri Romans-Petit qui est en train de structurer les maquis de l'Ain la candidature de Noël Perrotot, dit "Montréal" qui est enrôlé le 1er août et qui va commander le groupement Nord.

"Romans" charge Elie Deschamps d'organiser un service de Renseignement du Maquis et, en été 1943, le professeur subtilise à l'Ecole des matières plastiques et des substances chimiques pour fabriquer des explosifs artisanaux.

A partir de février 1944, il est nommé commandant du groupement-Ouest des FFI (Forces françaises de l'intérieur) de l'Ain sous le pseudonyme de "Ravignan". Ce groupement, fort de 2 000 hommes, contrôle la rive droite de la rivière d'Ain, des positions du 1er bataillon des FTPF (Francs-tireurs et partisans français) du capitaine "Grillon" à celles de nombreuses formations disséminées en Bresse et en Dombes.

A partir de septembre 1944, "Ravignan" met sur pied le 1er groupe du 93e régiment d'artillerie de montagne pour la poursuite de la guerre au sein de l'Armée des Alpes.

En 1945, il reprend son poste à l'ENP (Ecole Nationale Professionnelle) d'Oyonnax ; de 1946 à 1948, il exerce à Egletons puis revient définitivement à Oyonnax.
Il décède en 1960 sans avoir laissé beaucoup d'archives sur son action ou sur le groupement Ouest.


Collectif, in DVD-ROM La Résistance dans l'Ain et le Haut-Jura, Département AERI, 2013.