Mediathque

La base média constitue « la collection virtuelle » du Musée de la Résistance en ligne. Elle réunit des documents de tous types appartenant à une multitude de fonds publics et privés.

Chaque document inventorié est accompagné de sa notice explicative.
Un moteur de recherche performant (recherche simple ou croisée) permet à l'utilisateur d'utiliser la base de données selon ses propres critères. 

ATTENTION : les documents (photographies, archives, films...) utilisés ont fait l'objet de conventions avec leurs détenteurs et ne peuvent être utilisés par une tierce personne sans leur accord. Les coordonnées des détenteurs des documents sont mentionnées sur chaque notice.

Rechercher un document





La Garde-Freinet (Var)

Au col de Vignon, dans la commune de La Garde-Freinet (Var), sur la route départementale 74, a été apposée une plaque rappelant la création du Maquis de la Mourre : « Résistance et Brigade des Maures. Le 6 juin 1944, sur ce sommet dans une ferme voisine détruite à l’explosif par l’ennemi le 25 juillet 1944, le sous-lieutenant François Pelletier, officier parachuté d’Alger, arrêté à Saint-Tropez le 24 juillet 1944 et massacré à Signes (Var) le 12 août 1944, a créé le Maquis d’instruction de la Mourre pour que vivent la France et l’Humanité » - une autre plaque située sous celle-ci rend hommage à « son compagnon » Muthular d’Errecalde, Lucas, officier américain de la mission interalliée, arrêté le même jour à Saint-Tropez et massacré à ses cotés à Signes, le 12 août 1944

Cliché et légende : Pierre Ciantar - Tous droits résevés.

La Garde-Freinet (Var)

Le nom de François Pelletier a été donné à une rue du village de la Garde-Freinet (Var) : c'est dans cette commune que François Pelletier a créé le Maquis d’instruction de La Mourre

Cliché et légende : Pierre Ciantar - Tous droits réservés.

Mmorial de Ramatuelle (Var)

À Ramatuelle (Var), place Alphonse-Alsfasser, un monument a été érigé « à la gloire des Combattants et des Résistants des Services Spéciaux de la Défense Nationale » - sur ce monument figurent 299 noms, dont celui de François Pelletier

Cliché et légende : Pierre Ciantar - Tous droits réservés.

Saint-Tropez (Var)

Le nom de François Pelletier a été donné à une rue de Saint-Tropez (Var) où François Pelletier a résidé entre avril et juillet 1944, et c’est également à partir de Saint-Tropez qu’il a choisi la plage des Virolles, au nord du cap Pinet, comme point d’accostage pour les liaisons maritimes à partir du 8 mai 1944

Cliché et légende : Pierre Ciantar - Tous droits réservés.

Marseille 6e arrondissement

Sur la façade de l’immeuble qu’ils occupaient au 53A de la rue des Trois frères Barthélémy (Marseille 6e), le MLN a fait apposer une plaque en 1945, reprenant les noms et années de naissance des trois frères Barthélémy. Ceux-ci sont suivis de la mention « Assassinés lâchement par la Gestapo les 11 et 18 juillet 1944 »
Georges Barthélémy y habitait avec ses parents et ses deux frères, Lucien et Louis. La Gestapo y tendit une souricière et il fut arrêté le 11 juillet 1944 ; son frère Louis, arrivé peu avant lui, fut abattu sur place

Cliché et légende : Pierre Ciantar - Tous droits réservés.

Marseille 6e arrondissement

Anciennement rue des Minimes, elle a été rebaptisée rue des Trois Frères Barthélémy par délibération municipale du 19 juillet 1945 - Georges Barthélémy habitait avec ses parents et ses deux frères, Lucien et Louis, au numéro 53A - La Gestapo y tendit une souricière et il fut arrêté le 11 juillet 1944 ; son frère Louis, arrivé peu avant lui, fut abattu sur place

Cliché et légende : Pierre Ciantar - Tous droits réservés.

Ginasservis (Var)

Dans la Var, la route départementale 23, qui va de Rians à Ginasservis, porte les noms de deux résistants lorsqu’elle traverse le village - le nom de Georges Cisson a été donné au tronçon qui rejoint la route de Vinon ; le tronçon situé à l’entrée de l’agglomération se nomme quant à lui Martin-Bret

Cliché et légende : Pierre Ciantar - Tous droits réservés.

Les Arcs (Var)

Dans la ville des Arcs où il est né, et à l’angle de l’avenue Georges-Cisson, un mémorial a été créé en son honneur - sur la plaque est inscrit : « Georges Cisson (1910 - 1944) Syndicaliste chrétien, membre du Directoire Régional de la Résistance, participe à la lutte contre le régime de Vichy. Lieutenant Colonel des FFI, arrêté par la Gestapo le 12 juillet 1944, emprisonné et torturé, il est fusillé à Signes le 18 juillet 1944 »

Cliché et légende : Pierre Ciantar - Tous droits réservés.

Marseille 7e arrondissement

Dans le 7e arrondissement de Marseille, le nom de Georges Saint-Martin a été donné à l’ancienne rue Saint-Martin par délibération du 19 juillet 1945. Une plaque commémorative en marbre noir a été apposée au commencement de la rue qui porte l’inscription : 
« À Georges Saint-Martin, FFI né en 1924, fusillé à Signes le 12 août 1944 »

Cliché et légende : Pierre Ciantar - Tous droits réservés.

Lyce Victor-Hugo, Marseille, 3e arrondissement

Au Lycée Victor-Hugo de Marseille, sur l’ancienne façade principale du bâtiment, une plaque commémorative en marbre noir a été apposée avec l’inscription : « Elève mort pour la liberté, Georges Saint-Martin, (dit Bourrely), Elève du Lycée Victor-Hugo, résistant, fusillé à Signes (Var), le 12 août 1944, 20 ans » 

Cliché et légende : Pierre Ciantar - Tous droits réservés.