Des étrangers antifascistes, antinazis et républicains en Provence

Des étrangers antifascistes, antinazis et républicains en Provence : 
Entre exil, internement, répression et Résistance (1940 - 1944)

Pendant la Deuxième Guerre mondiale, les étrangers antifascistes, antinazis et républicains chassés de leur pays par les dictatures, sont très nombreux en Provence, à Marseille en particulier.

Certains, comme la jeune résistante autrichienne Mélanie Berger, sont poursuivis et lourdement condamnés par l’État français et ses juridictions d’exception (sections spéciales).

D’autres sont internés dans des camps, comme celui des Milles, ou dans des groupements de travailleurs étrangers (GTE), répartis dans toute la région. Les GTE, créés par le gouvernement de Vichy, en septembre 1940, dans un but répressif et pour pallier le manque de main-d’œuvre, ont pris la succession, dans une logique très différente, des CTE (compagnies de travailleurs étrangers, appelées parfois compagnies de travailleurs espagnols), mobilisées dès 1939, pour l’effort de guerre. C’est le cas, en particulier pour le 6e GTE, basé dans le bassin minier des Bouches-du Rhône à Meyreuil.

Gilberto Bosques, consul général du Mexique à Marseille en 1940-1942, joue un rôle essentiel dans le sauvetage des républicains espagnols et des combattants des brigades internationales. Parmi ces derniers, le jeune Giuliano Pajetta qui s’évade du camp des Milles pour relancer l’action du Parti communiste italien en Provence. 


Foreign Anti-fascists, anti-Nazis and Republicans in Provence:
Between exile, internment, repression and Resistance (1940-1944) 

During the Second World War, the anti-fascist, anti-Nazis and Republicans chased from their countries by the dictators, abounded in Provence, and Marseille in particular.

Some, such as the young Austrian Resistance member Mélanie Berger, were pursued and heavily condemned by Pétain’s French State and its special courts. 

Others were interned in camps, such as the Milles camp or in Groups of Foreign Workers (groupements de travailleurs étrangers, GTE), which were distributed across the region. The GTE, created by the Vichy government in September 1940, in an effort to repress and also conceal a lack of laborers, took the succession, and with very different reasons, of Foreign Workers Companies (Compagnies de travailleurs étrangers, CTE), sometimes referred to as Companies of Spanish Workers (Companies de travailleurs espagnols) – mobilized from 1939, for the war effort. This is the case, especially for the 6th GTE, which was based in the mining basin of Bouches-du-Rhône in Meyreuil.

Gilberto Bosques, the General Consul of Mexico in Marseille in 1940-1942, played a vital role in the salvation of the Spanish republicans and the international brigade volunteers. Among the last of these was the young Giuliano Pajetta who escaped the Milles camp to form the Italian Communist Party in Provence. 

Auteur(s) : Associations MUREL et PROMEMO
Source(s) :

Traduction : Gabrielle Ciceri


Auteur(s) : Associations MUREL et PROMEMO
Source(s) :

Traduction : Gabrielle Ciceri


Plan de l'expo

Crédits

Partenaires

Actualités