Mediathque



Rechercher un document





Correspondance (3)

Lettre de rappel adressée par la Commission départementale d'épuration au Commissaire de la République (Marseille) concernant la révocation du directeur des laboratoires du ministère des Finances, 18 décembre 1944

Archives départementales des Bouches-du-Rhône 55 W 68 - Tous droits réservés.

Correspondance (4)

Projet d'arrêté élaboré par le chef du service juridique du Commissaire régional de la Résistance, adressé à M. Ferucci, 30 décembre 1944

Archives départementales des Bouches-du-Rhône - 55 W 68 - Tous droits réservés.

Mise sous squestre

Lettre émanant de la Commission permanente d'épuration adressée au Commissaire régional de la République de Marseille au sujet de la mise sous séquestre des établissements X d'ameublement et de la nomination afférente d'un administrateur séquestre, 9 novembre 1944

Archives départementales des Bouches-du-Rhône - 149 W 154 - Tous droits réservés.

Mervans

À Mervans, en Saône-et-Loire, à la base du monument aux morts, trois plaques rendent hommage aux morts de la guerre 1939-1945. À droite, une plaque est dédiée « à la mémoire du sous-lieutenant Louis Pacaud, torturé et tué par les Allemands le 12 août 1944 à Signes (Var) », dont l'épouse résidait à Mervans

Cliché : Daniel Bouley - Tous droits réservés.

Saint-Germain-du-Bois

À Saint-Germain-du-Bois, en Saône-et-Loire, village limitrophe de Serley, village de sa naissance, et Mervans, village de son mariage, le nom de Louis Pacaud, « 1913-1944, Mort pour la France » est inscrit parmi les morts des deux Guerres mondiales

Cliché : Daniel Bouley - Tous droits réservés.

Marseille 6e

Sur la façade de l'immeuble qu'ils occupaient au 53 A de la rue des Trois-frères-Barthélémy (Marseille 6e), a été apposée une plaque par le MLN en 1945, reprenant les noms et années de naissance des trois frères Barthélémy. Ceux-ci sont suivis de la mention : « Assassinés lâchement par la Gestapo les 11 et 18 juillet 1944 »

Cliché Pierre Ciantar - Tous droits réservés.

Marseille 6e

Anciennement rue des Minimes, cette rue porte le nom de « rue des Trois-frères-Barthélémy » depuis la délibération municipale du 19 juillet 1945 - Lucien Barthélémy habitait avec ses parents et ses deux frères, Lucien et Louis, au numéro 53 A de cette rue - La Gestapo y tendit une souricière, où son frère Louis fut abattu, et son frère Georges, arrêté le 11 juillet 1944

Cliché Pierre Ciantar - Tous droits réservés.

Manosque

Sur le monument départemental érigé à Manosque aux Martyrs de la Résistance des Basses-Alpes, le nom de Louis Martin-Bret est inscrit dans la logue liste des victimes de la répression classées par villes et villages, à l'emplacement dédié aux résistants de Manosque

Cliché Pierre Ciantar - Tous droits réservés.

Manosque

Au centre du monument départemental érigé à Manosque aux martyrs de la Résistance des Basses-Alpes, figure un bas-relief en bronze reproduisant le profil de Louis Martin-Bret - sous ce profil est inscrit « 1944, Martin-Bret, chef départemental de la Résistance »

Cliché Pierre Ciantar - Tous droits réservés.

Manosque

Au centre-ville de Manosque, sur la façade de la Maison de la Solidarité, sise 16, boulevard Camille-Pelloutier, une nouvelle plaque a été apposée, qui reprend brièvement son parcours avant et dans la Résistance - Ce texte se termine par « Louis Martin-Bret, par son engagement et par l'action accomplie, est l'image même de la solidarité, de la générosité, de l'humanisme au service de l'Homme. Il reste un exemple pour la postérité »
À cet endroit se trouvait, après-guerre, le commissariat de la ville et une plaque en marbre apposée sur la façade honorait la mémoire de Louis Martin-Bret

Cliché Pierre Ciantar - Tous droits réservés.